top of page
  • Photo du rédacteurMiroa Mag

L'IMPACT DES TEINTURES TEXTILES

Aujourd’hui, mettons en lumière un aspect de l’industrie textile : la pollution engendrée par la teinture. Lorsque l'on parle de fast fashion, on évoque la pollution liée au transport, génératrice importante de CO2, on accorde rarement d'attention au désastre écologique que représente la teinture textile, étape clé de la fabrication des vêtements.


pigment, colorant

LA TEINTURE C'EST QUOI ?


C'est ce qui permet de colorer les vêtements - de diverses manières que ce soit en teignant le fil, le vêtement ou en le plongeant dans des bains. À l'origine végétale, au XIXe, la teinture a vu l'arrivé de colorants dérivés du goudron. Aujourd'hui, ces mêmes colorants représentent un impact néfaste pour l'environnement.



La teinture textile est réalisé à partir de composants dangereux dont le permanganate de potassium, le mercure (très toxiques !) utilisés pour teindre les jeans. Il y a aussi le pétrole, le chlore qui permettent quant à eux de fixer les couleurs.


“Certains des produits chimiques utilisés dans les teintureries indiennes sont en fait interdit en Europe – une énigme pour ceux d’entre nous qui portent des vêtements importés”, explique Virginia Newton-Lewis, analyste principale des politiques chez WaterAid. 



L'IMPACT DES TEINTURES TEXTILES SUR LA SANTÉ ET L'ENVIRONNEMENT


Les rivières des pays exportateurs de vêtements sont devenus de véritables poisons, au point que des villages "cancers" sont apparus le long des rivières (sur)pollués de la Chine rurale, où des enfants y perdent l'odorat simplement en s'y promenant.


Une rivière polluée par la teinture textile

La rivière Li à Xiantang, autrefois surnommée "Perle de la Chine", polluée par le plomb et le mercure utilisés pour la teinture des jeans, rendant son utilisation impossible, aussi bien pour la pêche et l’agriculture que la consommation. Aujourd'hui plus de 70% des rivières chinoises sont pollués soit 1,4 milliard d'habitants a accès à de l'eau contaminée.


La phrase choc de Orsola de Castro, la co-fondatrice du mouvement Fashion Revolution, « On peut prédire la prochaine couleur à la mode en regardant celle des rivières en Chine ».


Une étude de Richard Blackburn, du Centre des textiles techniques de l'Université de Leeds, affirme qu'il faut en moyenne 80 à 100 litres d'eau pour teindre 1kilo de tissu, soit 16 à 20 litres d'eau uniquement pour un t-shirt de 200 grammes. De plus, seulement 80% de la teinture reste accroché au vêtement, les 20% restant sont rejetés lors de l'étape de rinçage. Ainsi, l'industrie textile rejette 40 000 à 50 000 tonnes de colorants dans les cours d'eau chaque année.





Ces usines de textile utilisent encore du charbon, ce qui représente une énorme quantité de CO2.


Bien que l'Europe ait établi des réglementations pour encadrer l'utilisation des produits chimiques, leur efficacité est limitée puisque l'essentiel de production mondiale de textile est localisée dans les pays émergents.

LES SOLUTIONS AUX TEINTURES POLLUANTES


L'une des alternatives peut être les colorants naturels, ils sont issus de plantes, de graines, de coquillages, d'écorces et même parfois d'insectes. Une solution saine et sans toxines mais celle-ci nécessite également beaucoup d'eau.


La seconde main se présente donc comme une solution. En réutilisant des vêtements déjà teints, la demande de nouveaux produits peut être réduite. De plus, l'achat de vêtements de seconde main prolonge la durée de vie des articles existants, contribuant ainsi à la réduction des déchets textiles et de leur empreinte carbone associée.


VOICI UNE SÉLECTION DE NOS PIÈCES






Alors, pourquoi ne pas rafraîchir ta garde robe tout en minimisant ton impact sur la planète ? Es-tu prêt.e à adopter une approche éthique ?

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page