top of page
  • Miroa Mag

L'HISTOIRE DE LA JUPE

Depuis ses modestes origines jusqu'à son rôle central dans les tendances contemporaines, la jupe a traversé les époques, les cultures et les évolutions sociales, devenant l’un des vêtements les plus emblématiques et symboliques de la mode. Issu du mot arabe Joubba, la jupe est un vêtement qui part de la taille, couvrant en intégralité ou en partie le bas du corps sans division pour chaque jambe. Selon les cultures, la jupe est portée par les hommes (kilt, sarong…) ou par les femmes (sari…).


Les égyptiens portant un pagne

AU FILS DES SIÈCLES

 

La jupe est présente dès la préhistoire, elle est le moyen le plus simple de couvrir le bas du corps aussi bien pour les femmes que pour les hommes.


Durant l’Antiquité, les civilisations anciennes ont adopté des vêtements semblables à des jupes, conçues pour offrir le confort et la mobilité. En effet, les Romains et les Grecs portaient des tuniques et des toges pour les hommes, et des péplos pour les femmes. La jupe (pagne pour les hommes) s’immisce également chez les Egyptiens, elles sont conçues en lin et finement plissées, idéal pour le climat chaud. Au Moyen Âge, les hommes vont continuer de porter des tuniques, et le XVIème siècle marque un tournant où ce vêtement est remplacé progressivement par les culottes, hauts-de-chausse et pantalons, définissant par opposition la jupe comme un vêtement féminin.  



La jupe est un élément essentiel de la garde-robe chez la femme, mais son style et sa longueur varient en fonction du statut social et des tendances de l'époque. Les femmes des classes aisées portent des jupes richement décorées, en soie, tandis que les classes plus modestes utilisent des tissus plus simples, en laine. Au XVIIe siècle, les jupes se sont ajustées à la taille et sont souvent portées avec des corps à baleines pour créer une silhouette en sablier. Aux XVIIIe et XIXe siècles, la silhouette de la jupe a continué à évoluer. Le style rococo a introduit des jupes amples et bouffantes, tandis que l'époque victorienne a vu l'avènement des jupes à crinoline, soutenues par des armatures en métal pour façonner une silhouette en cloche.



Au cours des années 1910, la jupe féminine commença pour la première fois depuis des siècles à se raccourcir. La longueur de la jupe a été longtemps un sujet régulier de discussion. En effet, sa longueur varia sans cesse au cours du siècle donnant naissance à une drôle de théorie.


La « hemline theory » (théorie de l’ourlet) de Georges Taylor, économiste américain qui affirme que plus la jupe est courte, mieux se porte l’économie, et inversement. Il base ses conclusions sur la longueur de ses concitoyennes.


Dans le domaine sportif, la Française Suzanne Lenglen abandonne le costume usuel de tennis pour une jupe plissée s'arrêtant au-dessus du genou signée Jean Patou à partir de 1921. Sept ans plus tard, la patineuse norvégienne Sonja Henie, apparaît aux Jeux olympiques d’hiver avec une jupe courte.


 


La jupe masculine, sur le défilé Homme Jean Paul Gaultier Printemps-Été 2010


Dans la société française, la jupe est associée depuis bien longtemps à la femme et c’est en 1984, une autre révolution vestimentaire fut initiée par Jean Paul Gaultier, avec des hommes défilant sur les podiums vêtus de jupes, annonçant ainsi une ère de mode unisexe.

 








LE TOURNANT AVEC LA MINIJUPE : LE SYMBOLE DE L’EMANCIPATION


Née dans les années 60, la mini-jupe est devenue en France un symbole stylistique célébrant une femme affranchie des codes.


À l’époque les femmes portaient des jupes longues et que le comble de l’indécence était de laisser apparaître un genou. C’est Mary Quant, une styliste britannique, qui brave les interdits en créant la « mini-jupe » en référence dit-on à la voiture Mini dont elle raffole. Elle fait de cette jupe la « plus convoitée » par toute la jeune génération accro à la mode.




La mini-jupe de chez Courrèges

Lorsque la mini-jupe débarque en France, en 1964, un conflit intergénérationnel éclate. Les jeunes filles perçoivent dans ce vêtement le moyen d’affirmer leur sexualité, de revendiquer leur liberté et les anciennes générations qui la considèrent comme le comble l’indécence et de la vulgarité.


En France, le couturier français, André Courrèges contribue à populariser la mini-jupe dans le monde en lui consacrant sa collection printemps-été 1965. La mini-jupe devient l’emblème de la maison de couture Courrège.


LA JUPE CHEZ MIROA


Chez Miroa, nous te proposons une large sélection de jupe qu’elle soit longue, courte ou plissée pour correspondre à tous les styles et pour rester tendance.

 

De la jupe à motif floral à la jupe en jean, tu trouveras celle qui te correspond le plus en seconde main.








17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page